P2.1jpg

La Côte d'Ivoire, un immense territoire à découvrir



A l’ouest de l’Afrique, donnant sur le Golfe de Guinée, vous avez la Côte d’Ivoire. Moins classique que le Kenya ou la Tanzanie, moins visitée que l’Afrique du Nord, c’est pourtant un pays à découvrir absolument. Ce qui fait son charme, c’est que la Côte d’Ivoire conserve de nombreux endroits authentiques, et un peu perdus. Le territoire est vaste, avec de beaux parcs nationaux et des paysages superbes d’une grande diversité, entre savane, massifs montagneux, lacs et bords de mer. Le pays se prête bien aux randonnées, pour tous les niveaux. Son ruban de plages est exceptionnel, avec de très nombreuses citées balnéaires, pour pratiquer le farniente ou les activités nautiques. J’y suis allé il y a trois ans, et l’année dernière. Je suis revenu à chaque fois ravi, avec l’envie d’y retourner. Tentez l’expérience ! 


Quand et comment aller en Côte d’Ivoire

Pour aller en Côte d’Ivoire, choisissez la saison sèche. La meilleure période va de décembre à avril. Vous prendrez l’avion, mais avant de partir, pensez à vous munir des papiers nécessaires. Il vous faut un visa biométrique. Il coûte environ 70 euros et doit être demandé au préalable, pour être finalement délivré à l’aéroport de départ, après prise des empreintes digitales et d’une photo. Il vous faut aussi venir avec un passeport valable 6 mois après la date de retour. Enfin, il faut vous faire vacciner contre la fièvre jaune, c’est obligatoire. Emportez votre carnet de vaccinations avec vous : il vous sera demandé à l’arrivée à l’aéroport. Votre vol durera environ 6 heures 30. Vous atterrirez à l’aéroport de la plus importante ville du pays, Abidjan, l’aéroport international Félix Houphouët-Boigny. Petit détail non négligeable : on parle français en Côte d’Ivoire. C’est la langue officielle, même s’il existe sur place un grand nombre de dialectes. Le pays fut un protectorat français à partir de 1843, une colonie française à partir de 1893, pour finalement acquérir son indépendance en 1960. 

Ce qu’il faut faire, ce qu’il faut voir

Je vais vous parler de ce que j’ai aimé découvrir, et de mes meilleurs souvenirs de la Côte d’Ivoire. Puisque vous devez atterrir dans les alentours de la capitale, commençons par Abidjan. Ne manquez pas le très pittoresque marché de Treichville. C’est le grand marché d’un quartier d’Abidjan où il y a de tout, de la nourriture, des épices, des tissus, de l’artisanat local… Dans le quartier, le centre artisanal Cava, rue du Canal, vous permettra de remporter des souvenirs de bonne qualité, et très abordables. Personnellement, j’avais ramené deux jolis masques en bois sculptés et colorés, qui trônent aujourd’hui encore dans mon salon. A part ça, à Abidjan, vous trouverez de très nombreux restaurants et leur carte savoureuse et bon marché. Vous prendrez peut être le temps de voir la spectaculaire et très moderne cathédrale Saint-Paul, boulevard Angoulvant, le marché de Cocody, boulevard de France, et le Parc national du Banco, au nord de la ville.

Un peu plus loin sur la côte, à environ 3 heures d’Abidjan en voiture, direction Jacqueville et Dabou, vous avez la ville de Grand-Lahou. Le coin est très prisé des surfeurs. Il est également possible de s’y rendre en bus depuis Abidjan : la gare routière est à l’entrée de la ville de Grand-Lahou. Pour se dorer la pilule au soleil, les plages de Grand-Béréby, de Poly-Plage et du Bivouac sont également réputées. Si vous vous trouvez à Grand-Lahou et que vous avez un peu de temps, profitez-en pour faire un tour dans le Parc d’Azagny, qui se trouve à environ 25 km. Il est connu pour ses innombrables papillons. Personnellement, j’ai préféré aller voir l’ancienne cité coloniale de Lahou-Kpanda, près de l’embouchure du le fleuve Bandama. En ruines, elle est en train de disparaître. Il y a là, encore, un village de pêcheurs. A voir absolument, et profitez-en pour faire une promenade en pirogue dans la mangrove. Petit conseil pratique pour que ces pérégrinations se passent bien : prévoyez du numéraire, car il est souvent impossible de payer en carte bleue, et les distributeurs sont tout simplement absents. 

Si vous êtes un adepte de randonnées, vous devez absolument aller voir la forêt du Parc national de Taï, à l’ouest. Il jouxte la frontière avec le Libéria. Vous y verrez notamment l’hippopotame pygmée, qui fait dans les 1 mètre 70 de long au maximum (et dans les 300 kg tout de même), le céphalophe de Jentink, qui est une espèce de gracieux petit veau à trois couleurs, ainsi que de nombreux chimpanzés et des singes colobes rouges. Vous pourrez faire l’ascension du Mont Niénokoué, qui est relativement facile. Si vous n’avez pas trop envie de marcher, faites plutôt une balade en barque sur la rivière Hana. Le seul défaut du Parc de Taï, c’est d’être à 14 heures de route depuis Abidjan.

Près de la ville de Man, à l’ouest et à environ 10 heures d’Abidjan en prenant l’A6, vous pourrez tenter l’ascension de la dent de Man, un mont haut d’environ 900 mètres. On le voit depuis la ville. Comptez environ 6 heures de marche. Un peu plus difficile, vous pouvez aussi essayer de gravir le Mont Toukoul, qui fait dans les 1200 mètres. Ne quittez pas la région sans vous être reposé aux pieds d’une belle cascade. Celle du village de Zadepleu, à 5 km de Man, est sans doute la plus connue. J’ai vu aussi celle du mont Tonkpi (environ 1200 mètres, avec panorama spectaculaire sur la région). On accède à la cascade avec un pont de lianes... Tout cela a un petit air d’Indiana Jones bien sympathique. Prévoyez de bonnes chaussures de marche, et pas mal d’eau en bouteilles. La ville de Man est également connue pour son marché traditionnel. 

Mes meilleurs souvenirs, et le moins bon

J’ai particulièrement aimé visiter la ville de Grand-Bassam, à environ 40 km à l’ouest de l’actuelle capitale. Grand-Bassam était l’ancienne capitale de la Côte d’Ivoire, de 1893 à 1900. C’est maintenant une simple station balnéaire, mais elle a un charme fou. Vous trouverez là de nombreuses boutiques artisanales, de longues plages de sable blanc et une douceur de vivre inégalable. Allez flâner dans le vieux quartier, qu’on appelle ici encore le « Quartier France ».Vous pourrez voir de belles demeures anciennes, vestiges d’un passé colonial. La plus remarquable est sans doute la Maison Ganamet. Elle fait un peu penser à un palais abandonné du Livre de la Jungle, avec sa végétation envahissante. 

C’est la réalité : beaucoup de vieilles maisons sont hélas au bord de la décrépitude, d’autant plus qu’il y a eu des inondations par le passé. Il ne faut pas tarder à aller voir Grand-Bassam ! Vous verrez aussi l’ancien Palais du Gouverneur, construit en 1893, restauré depuis, devenu un intéressant Musée National des Costumes, l’ancien palais de Justice, la maison jaune de l’Evêché, et surtout, vous flânerez dans les ruelles pittoresques du quartier. Pour rapporter un souvenir de qualité, le Centre de Céramique s’impose : de très bons potiers proposent leur artisanat. Il y a aussi, entre autres, le marché artisanal avec ses tissus et ses bronzes. Lors de mon dernier voyage, j’y ai trouvé une belle pièce de tissus indigo à motifs Malinké, qui fait maintenant office de rideau chez moi. Côté restauration ou logement, de nombreux établissements se trouvent sur la route d’Azuretti le long de l’océan. Je n’y suis pas allé à cette époque, mais je sais que chaque année, fin novembre, une fête traditionnelle haute en couleurs a lieu dans le quartier de la vieille ville: c’est l’Abissa.

Quand j’ai visité la ville de Man et ses environs, lors de mon premier voyage, j’ai préféré les petits restaurants de la ville et les cascades des alentours, aux randonnées pédestres en hauteur, je l’avoue. Mais il y a un souvenir en particulier qui m’a marqué, c’est la visite de petits ateliers du quartier musulman de Dioulabouglou, dans la ville de Man. Ils sculptent un bois d’aloa très rouge, et sont fiers de montrer leur savoir-faire, de discuter.  

Autre ville à découvrir, la belle ville de Bouaké, au centre du pays et à environ 5 heures d’Abidjan, avec sa Grande Mosquée, et la cathédrale Sainte Thérese de l’Enfant Jésus. En périphérie, le village de Tanou-Sakassou, s’est spécialisé dans la poterie, celui de Djambrou dans la forgerie d’art et celui de Dar Es Salam dans les tissus teints artisanalement. Enfin, à mon avis, la plus belle station balnéaire du pays, et en tout cas la plus connue, c’est sans doute Assinie, à 1 heure 30 de route depuis Abidjan. Ici, farniente et plages superbes. Du bonheur à l’état pur. Ca n’est peut-être pas très original, mais je ne rêve que d’une chose, y retourner. Oui, la plage de Grand-Bereby est peut-être plus jolie, et en tout cas moins touristique, mais elle est quand même à 400 km de la capitale, soit 10 heures de route…

Si vous avez vraiment beaucoup de temps, poussez jusqu’à Yamoussoukro, pour voir son impressionnante basilique. La ville est à 250 km au nord d’Abidjan, soit 3 heures de route environ. Il est également possible de s’y rendre en bus, et sur place vous pouvez utiliser des taxis. C’est la ville natale d’Houphouët-Boigny, premier président après l’indépendance de 1960, d’où des travaux pharaoniques qui ont laissé sur place des monuments d’envergure, alors que règne désormais le calme le plus plat. La ville est la capitale de la Côte d’Ivoire depuis 1983, mais personne ne le sait. Il y a donc un palais présidentiel monumental, avec son lac pourvu d’environ deux cent petits caïmans, et la Fondation Houphouët-Boigny, un ensemble majestueux de salles de travail et d’expositions qui vise à œuvrer pour la paix dans le monde, à la manière de l’Unesco. Il y a enfin la colossale Basilique Notre-Dame-de-la-Paix, construite sur le modèle de la basilique Saint-Pierre de Rome, rien de moins. Elle est même un peu plus grande (17 mètres de plus). Bon…Yamoussoukro est certes une ville surprenante, mais pour moi le charme n’a pas opéré. Je me souviens avoir filé jusqu’au village des tisserands de Bomizambo, c’était nettement plus intéressant. 

Faites un vœu, celui de partir à la découverte d’un pays immense, ensoleillé, et toujours très accueillant. Si en plus, le soir, vous avez l’occasion de déguster un bon petit « alloco », un délicieux plat à base de banane plantain, agrémenté d’une sauce pimentée, vous m’en direz des nouvelles. 

Je vous recommande

https://www.campingauvaltourinnes.com/cote-ivoire.htm

https://www.mycroatianadventure.com/sejour-cote-ivoire

https://www.chateaudenohant.com/visites-cote-ivoire/

https://www.vacanesdetipienfrance.com/cuisine_cote_ivoire.htm

https://www.boutiquesaintbenoit.fr/cote-ivoire.htm