Comment faire obéir un enfant de 16 mois ?

3

Lire également : Quelle est la meilleure période pour se baigner ?

La nouvelle saison de la section continue Vendredi, la psychologue répond dans Maternity Continuum. Aujourd’hui, elle répond à la question de Vanessa Burguillo et voici comment elle se présente :

Je suis Vanesa Burguillo. Je suis psychologue et ergothérapeute. Ma vie professionnelle a toujours été liée à l’enfance et au handicap. J’ai travaillé sur différents projets en tant que moniteur et coordinateur des loisirs et des loisirs, coach de travail, conseiller en emploi, enseignant au PCPI…

Lire également : Quels types de familles existe-t-il ?

J’ai rendu cette activité compatible avec une autre de mes passions, la formation. Je suis co-fondateur de la ZAPE Leisure and Leisure School où je suis actuellement directeur et formateur, formant les futurs moniteurs de loisirs et de loisirs.

Mais surtout, je suis la mère de deux filles âgées de 3 ans et 8 mois et de 3 autres enfants qui ont décidé de ne pas rester longtemps avec nous. Et ma maternité, qui a entraîné une révolution intérieure et un changement dans ma façon de faire de la conception de la parentalité et de l’éducation, m’amène, entre autres, à m’entraîner, dans différents espaces, à l’accompagnement respectueux de la croissance des enfants, et à me former, actuellement, en tant que conseillère en portage « De Monitos y Risas ».

Consultation

Bonjour Pilar, tout d’abord merci pour tout ce que vous partagez, à cette occasion je vous demande de l’aide pour apprendre à mon bébé de 1 an 3 mois à m’obéir un peu, il est très rebelle et me lance beaucoup de crises de colère, j’ai une énorme pression de la part des gens qui nous entourent parce qu’ils me disent que je dois être dur et ils me conseillent même de le frapper pour m’obéir et je ne veux pas ça, mais je comprends que je dois lui apprendre des limites et qu’il doit comprendre qu’il y a des choses qu’il ne devrait PAS faire, j’espère que vous pouvez m’aider, j’ai vraiment du mal, merci.

Réponse

Bonjour

Merci beaucoup pour votre question. La question qui vous inquiète, des limites et des crises de colère, est un sujet qui suscite beaucoup de débats, et qui amène dirigez vers de nombreux pères et mères. C’est aussi une question sur laquelle nous nous sentons constamment jugés dans notre rôle de père ou de mère, comme c’est votre cas. C’est pourquoi il est normal que nous trouvions cela, parfois difficile à gérer.

Mais vous avez aussi des choses très claires, comme vous ne voulez en aucun cas frapper votre bébé, donc vous avez déjà la voie un peu avancée.

Pour commencer, clarifions un terme. Voulez-vous vraiment que votre fils obéisse ? Selon le RAE, l’obéissance est définie comme « l’accomplissement de la volonté de celui qui commande ». C’est-à-dire, respectez ce qu’une personne ayant le plus d’autorité commande, quelle que soit notre volonté. Lorsque nous apprenons à un enfant à obéir, nous lui enseignons en toutes circonstances, c’est-à-dire qu’il sera toujours obéissant à une autorité, à son patron, par exemple, et qu’il respectera les ordres même s’ils vont à l’encontre de sa volonté ou de son désir.

D’un autre côté, nous réduisons votre esprit critique, de sorte que vous ne vous demandez pas si le l’ordre est adéquat ou non, nécessaire ou non… il l’exécutera simplement. C’est pourquoi je pense que c’est plus correct, et je comprends que c’est ce que vous voulez pour votre bébé lorsque vous faites la consultation, le respect des limites ou des normes qui existent dans chaque environnement, plutôt que l’obéissance.

Des limites sont nécessaires pour assurer un environnement sûr et détendu à tous ceux qui s’y trouvent. Celles-ci doivent être le minimum possible et clairement exprimées.

À un certain âge, différent pour chaque enfant, avant de fixer une limite, par exemple, des crises de colère surviennent. Il est important de souligner que les crises de colère sont une manifestation de l’affirmation de soi et de l’individualisation de l’enfant, qui se reconnaît déjà comme quelqu’un d’autre que ses parents et l’exprime, niant ce qui lui est proposé. Par conséquent, tous les enfants, au cours de leur développement évolutif, auront des crises de colère dans leur processus de croissance. Et à ce titre, après un certain temps, lorsque le langage du petit, par exemple, lui permet de manifester d’une autre manière les émotions qu’il ressent, les crises de colère cessent.

Avec les crises de colère, les enfants ne nous mettent pas à l’épreuve ou ne nous mettent pas au défi, ils expriment leurs émotions et leur malaise.

L’un des moyens d’agir face à une crise de colère est d’essayer de l’éviter. Si on sait que passer devant une vitrine et voir le jouet qu’il veut et qu’on ne l’achète pas va déclencher une crise de colère on peut essayer d’aller sur l’autre trottoir. Parfois, nous devrons également revoir les limites que nous avons fixées pour éviter les crises de colère. Les limites peuvent ne pas correspondre à l’âge ou au développement du bébé. Parfois, par exemple, nous voulons que les très jeunes enfants ramassent leurs jouets lorsqu’ils les utilisent, lorsqu’ils n’ont pas encore atteint l’âge qui leur permet de le faire, ou qu’ils mangent une quantité excessive de nourriture.

D’autres fois, nous maintenons des limites « héritées » de notre éducation autoritaire. Par exemple, « Impossible de sauter dans le lit », ou « Vous ne pouvez pas vous lever de la table si vous n’avez pas fini de manger. » Vraiment, s’il n’y a pas de danger, est-ce que quelque chose arrive parce que nos petits rient en sautant sur le lit ?

L’atmosphère détendue nous permet également d’éviter les crises de colère. Nous y parvenons en retirant de la portée et de la vue des enfants les choses que nous ne voulons pas qu’ils utilisent, jouent avec ou mangent. Par exemple, au lieu de devoir répéter que le vase n’est pas touché ou que les bonbons ne sont pas mangés en semaine, nous le garderons hors de la vue et de la portée du bébé.

Un autre moyen utile d’éviter les crises de colère est d’anticiper ce qui va arriver à l’enfant, par exemple : « Nous rentrons très bientôt chez nous, ramassons vos jouets dans le parc et disons au revoir à vos amis », au lieu de crier soudainement « Nous y allons » lorsque le petit est plongé dans son jeu.

Lorsqu’une crise de colère est déclenchée, nous ne devons JAMAIS l’ignorer ou la supprimer (ce qui on obtiendrait en battant le bébé, par exemple). Nous devons accompagner son malaise, être avec lui et nommer les émotions qu’il ressent : colère, colère, frustration…

Mais, même si vous mettez les moyens d’éviter les crises de colère, elles se produisent. Lorsqu’une crise de colère est déclenchée, nous ne devons JAMAIS l’ignorer ou la supprimer (ce que nous obtiendrions en frappant le bébé, par exemple). Il faut accompagner son malaise, se tenir à ses côtés et nommer les émotions qu’il ressent : colère, colère, frustration… Nous devons essayer de nous mettre à sa place, de l’exprimer, par exemple, des phrases comme :

« Je comprends que vous vouliez continuer à regarder ces dessins que vous aimez tant, mais nous avions déjà convenu que vous ne regarderiez qu’un épisode de plus, il est donc temps d’éteindre la télévision »

En accompagnant l’inconfort de notre petit, nous lui transmettons que nous nous soucions, que nous l’aimons, que nous comprenons qu’il a du mal et qu’il est très bien qu’il exprime ses émotions comme il le sait dans à ce moment-là.

Pour résoudre la crise de colère, nous pouvons proposer des pactes, rechercher des alternatives ou utiliser l’imagination et la fantaisie. Parfois, les personnages fictifs qui leur parlent fonctionnent très bien.

Il y aura des limites auxquelles nous pourrons céder, et peu importe de le faire, vous n’allez pas gâter votre bébé ou vous mettre dans la bosse si vous le faites, et des limites là où cela sera impossible, et où nous n’avons pas d’autre choix que d’accompagner l’inconfort du bébé et la crise de colère si elle est déclenchée.

Je vous encourage donc à continuer à écouter vos sentiments et à les défendre contre ceux qui vous proposent de vous « durer la main ».

J’espère que ma réponse vous aidera. Salutations

vous pourriez aussi aimer